Tournoi de Pâques

BLOG

du Tournoi de Pâques

AGENDA

... du CFC

Une belle équipe U13

en finale régionale

Dernières Infos

Guy Dos Santos s'occupe de la logistique du tournoi depuis 26 ans. Il a toujours gravité dans le milieu associatif et cette année encore il a participé pleinement à la réussite de ce dernier.

Que pensez-vous de cette 38e édition ?

Je dirais que c'est une grande réussite parce qu'il est excessivement compliqué de monter une manifestation de cette envergure. Le monde associatif et notre société ont énormément changé et les gens pensent plutôt à se servir qu'à servir. Même si c'est difficile à organiser c'est un grand succès, puis nous avons eu un temps qui a joué un rôle prépondérant dans la réussite de la manifestation. Une ambiance extraordinaire, des bénévoles que je souhaite remercier, qui à mon goût ne sont pas assez nombreux, mais sans eux rien ne se fait de convenable.

Quel regard portez-vous sur cette nouvelle génération de footballeurs ?

Je n'ai pas un jugement particulier. Je me garderai bien de juger les joueurs, je jugerai plutôt les dirigeants de club. Ils sont un peu à l'image de notre club, un club amateur. On manque de dirigeants responsables qui veulent s'engager sans retenue au niveau du monde associatif et ça Malheureusement ce sera très préjudiciable pour tous les clubs à l'avenir. Une manifestation comme celle-là, elle doit être poursuivie pour une raison principale : l'événementiel. L'économie locale n'est pas suffisante pour avoir des équipes au niveau national donc je pense qu'il faut insister sur ce genre de manifestation comme le tournoi de Pâques pour donner une image positive de Cahors et du département.

Le tournoi a-t-il perdu en qualité sur ces dernières années ?

Non, bien au contraire. Le tournoi veut véhiculer l'image que les clubs amateurs de la région peuvent côtoyer les clubs pros. C'est vrai qu'il est de plus en plus difficile de réunir des équipes de haut niveau comme le Paris Saint Germain, l'Olympique de Marseille, les Girondins de Bordeaux car ces gens-là ont peut-être des prétentions au-dessus des autres et je me refuse de rentrer dans ce jeu-là. Mais le tournoi tel qu'il est n'a pas perdu en valeur.

De quelles prétentions parlez-vous ?

Ils veulent plutôt jouer à 11 qu'à 9, et puis ils vont dans des tournois où ils sont reçus d'une manière peut-être plus élaborée que nous pouvons le faire ici à Cahors.

Votre plus beau souvenir de tournoi ?

Pas mal de joueurs sont passés par le tournoi comme Toulalan, Nasri ou Anelka mais sinon chaque tournoi est un souvenir et un grand plaisir. Je n'ai pas un caractère à m'enthousiasmer sur quelque chose, je suis très pragmatique.

Allez-vous participer au tournoi l'année prochaine ?

C'est une grande question. Le tournoi est quelque chose de très important, il est fort. Je pense qu'il est nécessaire de tourner une petite page et de donner à ce tournoi un nouveau souffle. Je pense qu'il y a une génération de dirigeants, de joueurs et d'anciens joueurs qui devraient venir, participer à l'organisation de ce tournoi. On en parlera avec mes amis de la commission mais je regarderai toujours la manifestation avec un œil bienveillant et intéressé. Pour l'instant rien n'est décidé. J'ai un certain âge, je pense avoir beaucoup donné et vous savez des gens indispensables il y en a plein les cimetières.

La finale de cette 38e édition du Tournoi de Pâques s'est déroulée hier.450 matchs opposant 80 équipes sur trois jours. Deux équipes pouvaient espérer remporter le trophée, Orléans et Marignane-Gignac.

Avant ce dernier match, la petite finale devait désigner le troisième du podium. C'est le club de Montferrand qui s'imposait devant le Tours FC sur un score de 2-1. L'ambiance montait d'un cran, la tribune finissait de se remplir et les derniers supporters se pressaient autour du stade Ilbert pour encourager les deux équipes finalistes.

Très vite les Provençaux mettent le pied sur le ballon. Des combinaisons rapides, des enchaînements fluides, les jeunes Orléanais subissaient. Sur un corner côté gauche pour Marignane-Gignac, le jeune Ylan Abdesselamyene devançait une mauvaise sortie du gardien et inscrivait le premier but de la rencontre de la tête (1-0).

Les rouge et bleu de Marignane-Gignac continuaient d'imposer leur jeu. Sur une balle en profondeur, Jonathan Pitou prenait de vitesse un défenseur Orléanais avant de devancer une nouvelle fois un gardien peu inspiré durant cette première période (2-0).

Une domination confirmée en 2e période

Orléans se réveillait au début de la seconde période, mais les occasions n'inquiétaient pas suffisamment le portier sudiste. Après un festival d'Ylan Abdessselamyene côté gauche, il servait son partenaire Mathis Palazzo mais ce dernier était anéanti par le gardien de façon illégale dans la surface de réparation.

Un penalty arrêté une première fois mais le jeune Younes Al Mihohoiri suivait bien (3-0). Une finale dominée du début à la fin par Marignane-Gignac qui remportait la 38e édition du Tournoi de Pâques.